Rechercher
  • Stéphanie Allard

On Décampe en Nouvelle-Écosse - Jour 2 - Pictou -> Pleasant Bay

Mis à jour : avr. 24


Aussitôt levés, on déjeune et on démonte notre campement, car la prochaine destination se trouve à 3 h 30 de route minimum. Me connaissant, il en prendra beaucoup plus, car nous comptons bien sûr éviter l'autoroute le plus possible et longer la côte, surtout qu'il semble y avoir de beaux phares à visiter. Avant de quitter Pictou, lieu de naissance de la Nouvelle-Écosse, nous faisons un petit arrêt au coeur de la ville afin d'y voir quelques bâtiments historiques.

Après un arrêt à New Glasgow pour des emplettes, on retourne sur la Sunrise Trail afin de ne jamais trop s'éloigner du rivage. On roule lentement, on regarde le paysage, il fait beau et chaud. Notre premier arrêt se fait au phare de Cape George, un phare en hauteur au sommet d'une falaise d'où nous avons un magnifique point de vue. Au loin, on peut apercevoir l'Île-du-Prince-Édouard ainsi que le Cap-Breton, vers où nous nous dirigeons. Sur place, un réseau de sentiers que nous n'avons malheureusement pas le temps de visiter en raison des nombreux kilomètres qu'il nous reste à parcourir. On prend tout de même le temps de dîner sur place avant de reprendre la route.

On reprend la Sunrise Trail jusqu'à Antigonish, une autre magnifique ville où l'on retrouve tous les services. À partir de là, nous devons nous résigner à faire la cinquantaine de kilomètres qui nous séparent du Cap-Breton sur l'autoroute, car la journée avance et nous voulons en profiter pour découvrir la Cabot Trail, dont je rêve depuis longtemps! Comme nous avons une réservation le soir même pour dormir à l'Auberge de jeunesse HI Cabot Trail à Pleasant Bay et que nous voulons profiter un peu de l'endroit, il nous faut quand même un peu plus de discipline. Rendus au pont pour traverser au Cap-Breton, je suis fébrile! Même si jusqu'ici, nous avons vu de magnifiques endroits, j'ai l'impression que le voyage débute vraiment. En entrant sur l'île, même s'il nous reste encore une bonne centaine de kilomètres à parcourir avant d'arriver sur la Cabot Trail, le paysage se place déjà. On emprunte la route 19, la Ceilidh Trail (il faut prononcer Kay-Lee) dont le nom est inspiré de l'aspect celtique des lieux. À Mabou, nous passons devant une magnifique distillerie de Whisky, mais bon, comme je suis enceinte et que les enfants sont encore jeunes ;), on en profitera une autre fois peut-être!

Sur la route, nous avons prévu un court arrêt à Inverness qui nous semble être une jolie petite ville touristique avec des commerces, une plage, des terrains de golf, etc. GROS COUPS DE COEUR! Nous sommes allés nous promener un peu sur la plage (gratuite ainsi que le stationnement) et sur les trottoirs de bois. Nous avions à la fois la vue sur la mer, sur le terrain de golf (que mon chum amateur regardais d'un regard envieux....) et le paysage en vallons. Ne pas avoir eu de réservation le soir même, on terminait certainement la journée là afin d'en profiter davantage et s'y baigner un peu avec cette chaleur. C'est donc l'âme un peu triste de quitter cet endroit que nous reprenons la route, en sachant tout de même que de magnifiques paysages nous attendent!

Dernier arrêt à Chéticamp qui est la dernière ville de service juste avant d'emprunter la Cabot Trail qui marque également l'entrée du Parc national des Hautes-Terres-du-Cap-Breton. Nous faisons le plein d'essence et passons à l'épicerie pour acheter le souper que nous cuisinerons à l'auberge de jeunesse. À notre grande surprise, l'épicerie est déjà fermée et il doit être 18 h environ. Nous trouvons donc un petit dépanneur où nous achetons des pâtes, de la crème de tomates et du fromage. Ce sera donc un souper super simple (mais populaire avec les filles) de macaroni aux tomates! En entrant dans le parc national, nous passons à l’accueil prendre de l'information sur le sentier Skyline que nous souhaitons faire le lendemain. L'idée de croiser des coyotes ou des ours avec les enfants me fait un peu peur, mais bon, j'imagine qu'en haute saison touristique, les sentiers seront bondés, donc les animaux plus loin. L'année 2017 marque le 150e anniverssaire du Canada et l'accès aux parcs de Parc Canada est gratuit pour tous, nous n'avons donc aucun droit d'entré à débourser pour notre séjour. Nous repartons en direction de l'auberge qui est encore à une quarantaine de kilomètres de route magnifique, de paysages et de grosses côtes. Le soleil commence à descendre, les paysages sont époustouflants et nous nous arrêtons à presque toutes les haltes afin de prendre des photos.

Rendus à Pleasant Bay, on se rend directement à l'auberge pour prendre possession de notre chambre. Nous avions loué une chambre privée avec un lit double en pensant que les filles allaient dormir dans leur lit de camp, mais une gentille voyageuse qui fait la route à vélo nous a laissé sa chambre avec un lit double et un lit à deux étages super intime au fond de l'auberge qui donne directement sur une petite cuisine et une salle de bain. Ça faisait un moment que j'avais envie d'essayer ce type d'hébergement en famille. Premièrement parce que c'est peu coûteux (la nuit nous a coûté 60$ pour la famille), deuxièmement parce que nous avons envie de rencontrer des gens, de partager sur le voyage et de vivre un peu l'aspect de communauté. Sur place, d'autre familles sont également présentes et le salon déborde de films pour enfants, ce qui nous fait sentir les bienvenus! Aussitôt arrivés, un jeune homme de Terre-Neuve prénommé Dave se présente gentiment. Sa blonde, une québécoise, travaille sur place ainsi qu'au restaurant tout près et ils sont installés dans une roulotte sur le site pour la saison. Il nous dit sans tarder que si nous souhaitons voir le magnifique coucher de soleil, c'est à la plage un peu plus loin que ça se passe. Comme c'est l'heure, on retourne dans la voiture et on se dirige vers celle-ci en suivant notre guide. Sur place, quelques personnes préparent un feu pendant que d'autres se baignent encore, il doit être autour de 20 h. Les filles jouent sur la plage avec ce qu'elles trouvent pendant que Marc-André et Dave piquent une jasette en observant le soleil qui se couche. À ce moment, je me dis que c'est exactement le genre d'expérience que j'avais envie de vivre et que les auberges de jeunesse provoquent ce genre de moments.

De retour à l'auberge, il nous reste peu de temps pour préparer le souper avant le couvre feu de la cuisine. On s'y met donc pendant que Dave s'amuse avec les filles. Après le repas, il est déjà temps de se préparer pour le dodo, il commence à être tard, la fatigue se fait sentir et nous voulons être en forme pour la Skyline demain. Je m'endors avec les filles devant un petit film dans la chambre pendant que Marc-André va faire un tour au feu à l'extérieur avec Dave et d'autres voyageurs.


  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon

© 2018 par Stéphanie Allard Photographie