Rechercher
  • Stéphanie Allard

On Décampe en Nouvelle-Écosse - Jour 1 - Shediac -> Pictou

Mis à jour : avr. 24


Après une magnifique semaine en famille dans un chalet à Shédiac, tous repartent chacun de leur côté pour la suite des vacances. Mes parents retournent à la maison, les parents de Marc-André se dirigent vers Grand Métis et nous, on part pour un bon 10 jours en Nouvelle-Écosse. Le voyage est semi préparé. Nous avons une réservation le lendemain à Pleasant Bay dans une Auberge jeunesse sur la Cabot Trail, au Cap Breton, et deux autres nuitées à Halifax le 6 et le 7 août en résidences à l'université Dalhousie. Entre ça, on y va selon l’itinéraire qu’on se trace et selon nos envies, on trimbale notre stock de camping pour sauver sur des coûts, mais on se dit qu’on se paiera quand même quelques chambres ou cottages par-ci par-là, en espérant ne pas trop avoir de mauvaises surprises étant donné que nous sommes en haute saison touristique. De toute façon, on n’est pas trop stressés et on se dit qu’on « s’organisera bin »!

Départ de Shédiac vers 11 h et direction Nouvelle-Écosse par l’autoroute. Comme on se dirige vers le Cap Breton et la Cabot Trail pour commencer, on pense dormir en camping dans le coin de Pictou ou de New Glasgow qui se trouvent dans cette direction. On pourrait faire ça rapide par les autoroutes, mais ceux qui me connaissent le savent, j’aime prendre les routes touristiques, traverser les villes et villages et voir les paysages. Après tout, on se dit qu’on est là pour voir la Nouvelle-Écosse, pas seulement pour passer au travers et visiter seulement les endroits où on s’installe. C'est donc dès le départ à la hauteur d'Amherst, qu'on sort de l'autoroute pour emprunter la Sunrise Trail, l'une des routes touristiques officielles de la province. On doit traverser une route boisée au départ, mais on arrive vite sur la côte. On traverse les (vraiment) petits villages et la faim commence à se faire sentir. On arrête dans une petite épicerie à Port Howe pour acheter de quoi pique-niquer dans une halte sur le bord de l’eau, mais on ne trouve pas grand-chose, du moins rien qui nous donne envie. On poursuit donc la route en se disant qu’on trouvera bien une petite cantine ou quelque chose du genre. Rendus à Wallace, on tombe sur ce qu'on croit être un casse-croûte, mais on y découvre également un restaurant de type familial avec une terrasse directement sur le bord de l’eau. On y mange un délicieux Fish’n Chips et les filles de leur côté, un cheeseburger… Marc déguste une bière locale de la microbrasserie de Tatamagouche, un magnifique village que nous traverserons juste après, toujours sur la Sunrise Trail.

Arrivés à Pictou, on se dirige vers Caribou qui est à environ 5 minutes du centre-ville afin de voir s’il y a des sites disponibles dans le parc provincial Caribou-Munroes Island. Il reste quelques sites sans service, mais comme nous sommes bien équipés, ça ne cause aucun problème, surtout pour 26 $ taxes incluses. Je dois seulement me résigner à ne pas pouvoir utiliser notre chaufferette électrique pendant la nuit et m’habiller comme un ours pour dormir. Comme dans la plupart des parc nationaux, nous avons un beau site boisé et plutôt intime qui nous permet même d’apercevoir l'eau et d'entendre les vagues. On s’installe et on se dit que ce serait bon de manger des saucisses sur le feu pour souper. Avant d’aller à l’épicerie en ville pour acheter ce qu’il manque pour le souper et le déjeuner du lendemain, on va faire un tour à la plage qui est à quelques minutes à pied. Il doit être rendu 18 h, mais comme la journée est chaude, il y a encore des gens qui se baignent. On trempe nos pieds, l’eau est bonne. Les filles courent et s'amusent, on se promène un peu et on repart pour nos commissions. Au retour, on allume un feu, on y cuisine le souper, on mange et on termine la soirée autour de celui-ci avant le dodo. Pendant la nuit, j’ai quand même froid, mais comme mon chum est une fournaise, j’ai juste à me coller un peu pour me réchauffer. Les filles sont bien habillées et bien couvertes et comme elles ne se réveillent pas, je me dis que c’est bon signe.


  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon

© 2018 par Stéphanie Allard Photographie